Page 1 sur 1

Graham Nelson parle de l'avenir d'Inform

MessagePosté: Lun Juin 11, 2018 3:34 am
par Eriorg
Samedi dernier, l'auteur d'Inform, Graham Nelson, a donné une conférence expliquant où il en est dans Inform 7 et ses projets pour l'avenir : le texte est là !

Ceux qui voudraient laisser des commentaires en anglais à ce sujet peuvent le faire sur le forum IF anglophone ou sur le blog d'Emily Short.

(EDIT : J'ai changé le lien du forum anglophone, parce que la discussion s'est faite dans un autre fil finalement.)

Re: Graham Nelson parle de l'avenir d'Inform

MessagePosté: Lun Juin 11, 2018 6:54 pm
par Natrium
Oui, c'est vraiment intéressant ! Je pense qu'Inform semble aller dans une bonne direction, mais je suis déçu qu'il n'ait pas parlé de l'avancement sur la traduction d'Inform. J'espère qu'on aura quand même de trucs bien lors de la prochaine version, qui devrait sortir cette année.

Re: Graham Nelson parle de l'avenir d'Inform

MessagePosté: Ven Juin 15, 2018 7:33 am
par Corax
Ce serait possible d'avoir un petit résumé de ce qui a été dit, pour ceux qui ne sont pas très calé en Anglais ?

Re: Graham Nelson parle de l'avenir d'Inform

MessagePosté: Ven Juin 15, 2018 4:25 pm
par filiaa
Alors, il commence par une brève explication de ce qu'est Inform et un petit historique de l'IF à parser. Ça le mène jusqu'au début des années 1990, époque durant laquelle les IF commerciales se cassent la gueule, tandis qu'en parallèle, de plus en plus de gens commencent à faire de l'informatique pour le plaisir et en particulier à rédiger leurs propres œuvres de fiction interactive. Il crée la première mouture d'Inform en 1993, c'est un langage ressemblant au C, dont il compare l'ampleur à un projet d'étudiant. Du fait des retours de la communauté, il a pu rapidement l'améliorer, les versions se succèdent jusqu'en 1996 et l'arrivée d'Inform 6.
En 2003, il décide de se remettre aux FI, il décide de repartir de zéro et de créer un langage complètement différent. Avec l'aide d'Andrew Plotkin et d'Emily Short, il crée alors Inform 7, qui sera rendu public en 2006.
Depuis, I7 a acquis une bonne base d'utilisateurs, qui lui rapportent tout plein de bugs. Il doit donc gérer ses priorités, essayer de jongler entre la résolution des bugs plus ou moins grave et l'ajout de nouvelles fonctionnalités.

Ensuite, il explique le choix qu'il a fait de baser I7 sur le langage naturel.
Il nous parle de Donald Knuth, et se pose la question de savoir si un programme peut-être considéré comme un oeuvre littéraire, si on peut le lire comme on lirait un livre. Si certains programmes ont été imprimés et vendus en librairie, et s'il est facile d'accéder au texte de programmes open source, le fait est qu'on ne les lit pas comme on lirait des textes. Cela serait dû au fait qu'ils contiennent énormément de manoeuvres de bas-niveau qui rendent difficile la compréhension globale. Le fait que beaucoup de programmeurs évitent de commenter leur travail par peur de la redondance avec le code lui-même n'aide pas non plus.
Donald Knuth a théorisé le "literate programming", une méthode permettant de mêler le code et l'explication de son fonctionnement. Graham Nelson a décidé d'appliquer ce principe à I7, notamment en s'assurant que la librairie standard soit lisible et compréhensible facilement par un être humain et l'a donc incluse sous forme d'exemples courts, reproductibles et commentés.

Mais il a décidé d'aller plus loin et de se baser sur l'anglais naturel afin de mêler définitivement le code et son commentaire. Il explique ensuite comment cette approche a influencé le fonctionnement même d'I7. Il prend pour exemple les "kind" d'I7, qui se rapprochent du concept de classe en informatique, mais qui a été influencé par la façon dont les gens créent des catégories : on regroupe des individus possédant des caractéristiques semblables, puis on définit la catégorie à partir de ces caractéristiques. Cependant, il arrive que certains membres de la catégorie ne comportent pas l'intégralité des caractéristiques qui la définissent. Il prend l'exemple des oiseaux : si une des caractéristiques qu'on attribue communément aux oiseaux est qu'ils volent, on considère les autruches et les pingouins comme des oiseaux tout de même, alors qu'ils ne sont pas capable de voler. I7 imite cette façon de fonctionner avec "usually", qui permet d'assigner une caractéristique générale à un groupe, tout en laissant la possibilité d'avoir des exceptions.
Il nous parle ensuite de prédicats unaires et binaires. Le langage naturel repose énormément sur des prédicats binaires, tandis que la plupart des langages informatiques, en particulier ceux qui sont orientés-objet, ont tendance à privilégier les prédicats unaires. Il utilise l'exemple "Sophie likes purple", qui dans Inform crée un prédicat binaire, créant une relation entre une personne et une couleur. Pour simuler ce genre de comportement avec Java ou Python, il faudrait soit ajouter une méthode par personne lui permettant d'aimer les couleurs, soit ajouter une méthode par couleur pour leur permettre d'être aimées. Dans les deux cas, il ne trouve pas ça très naturel de devoir subordonner la relation à un des participants.
La façon d'émuler les adjectifs de la plupart des langages de programmation lui paraît aussi insatisfaisante, généralement, on utilise des booléens et on crée des méthodes dédiées pour évaluer ou changer leur valeur, mais comme ça ne découle pas directement du langage, ce sont les utilisateurs qui nomment les méthodes et il en résulte un manque d'uniformité dans la syntaxe qui peut causer des erreurs.
Le fait qu'I7 comprenne des formulations avec "all" permet d'éviter de créer des boucles comprenant des variables d'itération qui n'ont pas de sens concret qui viennent entraver la compréhension de la source.
Il essaye aussi de limiter au maximum l'utilisation de nombres sans dimension dans I7, on peut donc adjoindre aux valeurs numériques leurs unités, ce qui permet d'éviter de comparer une longueur à une masse.
Il remarque aussi que la plupart des langages de programmation ne connaissent que le présent, alors qu'on peut être tenté de chercher si telle ou telle condition a été vraie dans le passé. I7 comprend donc certaines phrases au passé, par exemple pour savoir si le joueur est déjà passé dans une pièce précise. Le problème, c'est que certaines formulations en anglais naturel sont ambiguës, cet aspect d'Inform est limité.
Certains langages de programmation font un usage intensif de la ponctuation, ce qui leur permet d'être très précis, mais qui limite leur lisibilité.

Il termine sa première partie en comparant les avantages et inconvénients de ce choix du langage naturel pour I7. La deuxième partie parle plus du développement d'I7 depuis 2015, mais j'ai pas le courage de mal traduire / résumer ça maintenant... Déjà que sur la fin, c'est vraiment pas très clair ce que j'ai écrit, on va limiter la casse ;)

Re: Graham Nelson parle de l'avenir d'Inform

MessagePosté: Mar Juin 19, 2018 2:27 pm
par Corax
Merci filiaa pour ce résumé. C'est vraiment sympa à toi de l'avoir fait.

N'y a-t-il cependant aucune précision sur ce qui est prévu d'arriver, dans l'éventuelle nouvelle version d'Inform7 ?

Re: Graham Nelson parle de l'avenir d'Inform

MessagePosté: Mar Juin 19, 2018 10:47 pm
par filiaa
Si, il en parle dans la deuxième partie que j'ai pas encore traduite... Il est un peu tard ce soir pour que je m'y lance maintenant, mais je vais essayer d'y penser prochainement...

Re: Graham Nelson parle de l'avenir d'Inform

MessagePosté: Mer Juin 20, 2018 7:44 pm
par Mule hollandaise
Peut-être que ça ferait un bon article "Notes de lecture" sur notre site, non ? :) Si jamais tu t'y attelle, je veux bien prendre ces deux parties, les coller ensemble, les nettoyer et les publier sur le site, si tu es d'accord :)

(Toujours sur la brèche pour remplir le site ! ^^)

Re: Graham Nelson parle de l'avenir d'Inform

MessagePosté: Jeu Juin 21, 2018 3:02 am
par Natrium
Si filiaa n'a pas le temps, je peux potentiellement le faire pour l'article de cette semaine.

Mais je ne le mettrais pas forcément en notes de lecture, puisque c'est plutôt des nouvelles générales d'Inform.

Re: Graham Nelson parle de l'avenir d'Inform

MessagePosté: Ven Juin 22, 2018 9:40 pm
par Natrium
Bon ben finalement j'ai fait le résumé de la partie manquante dans un article sur le site, donc Corax pourra aller voir là-bas. Pour la première partie, je me suis permis de prendre ton résumé, filiaa, j'espère que tu ne m'en voudras pas ! Je t'ai donc aussi mis en auteur de l'article, dis-moi si quelque chose pose problème.


Sinon, un truc auquel j'ai pensé : puisque Inform générera un code intermédiaire destiné à pouvoir être compilé en autre chose qu'Inform 6, ce sera chouette si quelqu'un écrit un programme pour compiler un projet I7 vers une technologie web pour faire un MUD ! Enfin, on verra ce que les gens feront.

Re: Graham Nelson parle de l'avenir d'Inform

MessagePosté: Dim Juin 24, 2018 1:04 pm
par filiaa
Pas de souci ! J'ai manqué un peu de temps cette semaine, donc c'est très bien que quelqu'un s'en soit occupé, merci !

Re: Graham Nelson parle de l'avenir d'Inform

MessagePosté: Mar Juin 18, 2019 12:10 am
par Eriorg
Graham Nelson a récemment donné une autre conférence, la suite de la précédente, expliquant où il en est maintenant.

Re: Graham Nelson parle de l'avenir d'Inform

MessagePosté: Ven Juin 21, 2019 9:21 pm
par Eriorg
Ah, je vois que Natrium a écrit un article sur notre site résumant en français ce que Graham Nelson a dit dans cette dernière conférence.

Re: Graham Nelson parle de l'avenir d'Inform

MessagePosté: Mer Juil 17, 2019 4:38 pm
par Natrium
Oui, je n'en ai pas parlé ici parce que j'ai été assez occupé ces derniers temps. Je dois dire que je suis assez excité d'avoir bientôt une nouvelle version d'Inform, en plus du fait que ce sera open-source !

Re: Graham Nelson parle de l'avenir d'Inform

MessagePosté: Mer Juin 10, 2020 7:25 pm
par Eriorg
Et encore une nouvelle conférence de Graham Nelson sur Inform 7 (aussi sur YouTube).

Re: Graham Nelson parle de l'avenir d'Inform

MessagePosté: Sam Juin 13, 2020 3:35 am
par Natrium
C'est la seule présentation de Narrascope que j'ai eu le temps de regarder.

J'avais été un peu déçu parce qu'on n'apprenait pas grand-chose. Et puis j'ai écrit l'article de cette semaine pour résumer tout ça et finalement j'ai trouvé la présentation vraiment intéressante. C'est juste que j'avais beaucoup d'attente au début, je pense.